ARC ELECTRIQUE 27/12/2003  Edouard KABADANIAN 
Liste des cours

PROBLEMES de la COUPURE d'un CIRCUIT

 Naissance d'un arc électrique à la coupure d'un circuit 

L'arc correspond à une décharge lumineuse qui accompagne le passage de l'électricité entre deux conducteurs présentant une différence de potentiel convenable. Ce phénomène fut découvert en 1813 par le physicien et chimiste anglais Davy qui en étudia les effets à travers différents gaz.

A la coupure d'un circuit d'impédance Zc, naît généralement un arc électrique entre les contacts de l'organe de manoeuvre (interrupteur, disjoncteur). Ce fait marquant, qui intervient principalement sur forte surcharge (ou court-circuit) lorsque la séparation des pôles est dépendante des éléments de contrôle de la sur-intensité, se produit également sur ouverture non spontanée et -à un degré moindre- sur fermeture.


 Explication simplifiée relative à un fonctionnement sur court-circuit ( Zc=0 ) 


explication


 Etude temporelle de la tension d'arc en courant alternatif 

étude voir ce que devient Ua

Qu'en sera-t-il de la tension d'arc dans le cas d'une coupure par disjoncteur non limiteur ?
Réponse ci-dessous avec un court-circuit démarrant en t0, où l'on voit qu'il est impossible de couper en moins de 5 ms :

sinus
temps


conclusions surtension transitoire surtension transitoire

 

 Inconvénients, dangers de l'arc électrique 

 

 Moyens de lutte contre l'arc électrique et techniques de coupure 


lutte effet de boucle exemples à voir exemple à voir exemple à voir


 Quelques mots sur les contacts électriques 


La figure ci-dessous donne un exemple de course de contacts commandés par un dispositif déclencheur à manque ou à émission de tension tel qu'on peut le rencontrer sur nombre de disjoncteurs limiteurs.

contact

Au niveau des contacts, notons que les matériaux doivent présenter les caractéristiques suivantes:

Par exemple, pour un contacteur, le meilleur compromis est l'Ag/CdO (argent/oxyde de cadmium), ou l'Ag/SnO2 (argent/oxyde d'étain). Les contacteurs pourront être dotés d'une variation des points de rotation des contacts mobiles pour "casser" les points de soudure lors de la fermeture. Cette solution concourt à renforcer le pouvoir de fermeture.
Et n'oublions pas qu'une fois le dispositif de commande ou de protection ouvert, il faut le refermer. Et là va se poser un autre problème lié à la fermeture : le risque de rebond mécanique des contacts qui peut être amplifié par les forces de Laplace venant s'opposer aux forces d'appui.

contact

Forces électrodynamiques (Laplace): 2 conducteurs voisins traversés par des courants i1, i2 sont soumis à des forces de répulsion quand les sens de courants sont opposés, à des forces d'attraction quand les sens sont identiques.
Les dispositifs de commande (de fermeture), les ressorts de pression, doivent donc être particulièrement "musclés" pour résister aux efforts électrodynamiques, faute de quoi des arcs destructeurs apparaïtront entre les contacts. On peut bien sûr exploiter les forces électrodynamiques pour inverser la tendance et renforcer la pression entre les contacts.
Mais tout est question d'équilibre, et ce phénomène de répulsion, s'il est bien contrôlé mécaniquement, peut servir au contraire à accélérer la dynamique d'ouverture des contacts sur court-circuit: Merlin Gerin l'a mis en oeuvre dans sa gamme de disjoncteurs "Compact C125/C160".

 

 Techniques industrielles d'extinction de l'arc électrique 

 Tensions d'emploi des fluides de coupure 

tensions

 

 Un exemple de technologie de coupure dans l'air : le "Solénarc" 

Il s'agit d'un disjoncteur Merlin Gerin fonctionnant en poste intérieur jusqu'à 24 kV.
Le nom de "Solénarc" vient de la forme de solénoïde (en hélice) donnée à l'arc électrique au stade précédant l'extinction.
Dans ce dispositif, l'arc va passer par 3 phases : il est d'abord allongé sur des cornes d'arc, puis il est fixé sur des cavaliers disposés en quinconce, ce qui le fractionne, et enfin, par un effet de boucle avec chemin imposé entre des plaques, il va pouvoir "s'éteindre".
L'allongement est important (plusieurs m) et ceci dans un volume réduit (~1litre ), le refroidissement est assuré par des plaques réfractaires; le temps de coupure est de l'ordre de 5 à 10/100 centièmes de seconde.

solénarc pour voir les détails de la phase 3

plaques

Détails de la phase 3:

phase 3

1: fractionnement de l'arc sur les cavaliers (b)

2: cheminement de l'arc sur les cornes de cavaliers

3: formation du solénoïde par le circuit arc + cavaliers

4: étirement de l'arc entre les plaques réfractaires (a)

Les racines de chaque élément d'arc, guidées par les cornes en V de chaque cavalier, pénètrent entre les plaques réfractaires. Ces cornes sont montées en quinconce, de ce fait, elles contraignent chaque élément d'arc à former avec elles une petite spire quasi triangulaire. De cette façon, l'arc prend la forme hélicoïdale d'un solénoïde , et, sous l'effet des forces électrodynamiques, chacune des spires s'agrandit. De plus, laminé dans l'intervalle entre 2 plaques, il se refroidit et son extinction intervient au passage à 0 du courant.

soufflage

 

 Technologie de coupure dans l'air comprimé 
 
Vue d'un pôle sur 4 de disjoncteur (550 kV, 3000 A) :

 vue en coupe

Dans cette technique, l'arc est balayé par un intense flux gazeux s'écoulant dans des tuyères, son refroidissement, sa déionisation sont en conséquence très bien assurés. De plus, l'air comprimé ayant une densité moléculaire bien supérieure à celle de l'air atmosphérique, rigidité diélectrique et performances thermiques s'en voient améliorées. Encore faut-il que le fluide soit débarrassé de toute humidité.....Les disjoncteurs équipés de cette technique sont capables de couper plusieurs centaines de kA sous quelques dizaines de kV, leur entretien est assez réduit.

Ils ont fait leur apparition dès 1930 pour remplacer ceux à huile qui avaient alors atteints un degré de gigantisme et de dangerosité annonçant leur fin...... voir ci-après....

 

 Technologie de coupure dans l'huile 
huile
huile

L'huile décomposée par l'arc libère un volume considérablement supérieur d'hydrogène et c'est donc dans celui-ci présent sous forme de bulle que s'effectue la coupure. Ce gaz est un excellent agent de déionisation, et cette propriété est d'autant plus efficace que la pression dynamique, générée à la coupure, est élevée. (jusqu'à 150 bars). Les disjoncteurs équipés de ce système ont l'avantage d'utiliser une quantité d'huile relativement faible avec un risque minime d'amorçage entre l'arc et la cuve tel que l'on peut le constater sur le pôle de gauche de la figure ci-dessus ou encore entre les arcs des différentes bulles. L'hydrogène étant explosif, la remontée de gaz à la surface de la cuve avec le risque d'échappement à l'atmosphère doit être particulièrement surveillé....Enfin, la rigidité diélectrique du fluide faiblit dans le temps, la formation d'hydrogène s'accompagnant de carbone libre qui reste en suspension dans l'huile. Ces problèmes de maintenance ont fait qu'aujourd'hui, ces appareils se voient supplantés par d'autres techniques.


 Coupure dans le vide 

Mise en évidence en 1920, cette technique a connu ses premières applications seulement en 1950 avec la commercialisation d'interrupteurs, et depuis, les problèmes technologiques n'ont pas manqué, ce qui a un peu freiné son développement. La tenue diélectrique du vide, 25 kV/mm au lieu de 3 kV/mm dans l'air, autorise des distances inter-contacts très petites avec une excellente tenue aux surtensions. Par exemple, un vide de l'ordre d'un millionième de mm de mercure est capable de résister à une tension crête de près de 200 kV.
De ce fait, les appareils exploitant cette technique (disjoncteurs à cartouches de 15 kV) ne demandent qu'une faible énergie de commande, et, l'arc étant confiné dans une enceinte étanche, on obtient une grande sécurité d'emploi. Mais, il reste une difficulté inhérente à surmonter, c'est le risque de soudage des contacts; et d'autres parts, il n'est pas question ici d'allonger l'arc ou de faire varier la pression.


 Technologie de coupure dans l'hexafluorure de soufre SF6 

Le SF6 est un gaz incolore et inodore, qui, grâce à sa molécule de dimension importante composée de 6 atomes de Fluor pour un de Soufre dispose d'une rigidité diélectrique bien supérieure à la majorité des autres gaz.
Le SF6 a une température de dissociation de 2100 °K pour laquelle il est pratiquement isolant et où il peut "soutirer" des calories à l'arc jusqu'au plus près de son axe ! Les électrons libres, qui ne croissent vraiment qu'au delà de 4000 °K vont être capturés par les atomes de Fluor, ainsi, jusqu'à environ 6000 °K, le SF6 présente une conductance quasi nulle.

vue éclatée d'un pôle de disjoncteur MT :  vue en coupe

Toutes ces exceptionnelles qualités permettent d'obtenir des postes blindés HT de dimensions réduites par rapport notamment à ceux à air comprimé; il suffit par exemple d'une pression de 3 bars avec un soufflage produit par un simple piston pour obtenir des performances supérieures à celles obtenues dans l'air comprimé à 25 bars s'échappant à l'atmosphère avec de grosses tuyères.

Voir aussi les vidéos : ouverture d'un disjoncteur

  W3C W3C W3C